Nieuw voorzitterschap voor Europese stages Bernheim

Na 17 succesvolle edities, geeft ambassadeur Jean-Louis Six de voorzittersfakkel door.

Op 27 juni 2019 nam ambassadeur Jean-Louis Six afscheid als voorzitter van de "Europese stage Bernheim". Na 17 succesvolle edities en meer dan 90 trainees die van deze unieke ervaring hebben geprofiteerd, wil de Stichting zijn jaarlijkse inzet en enthousiasme toejuichen. En het is met vreugde dat hij het voorzitterschap doorgeeft aan Mevrouw Valentine Mangez, voormalige Bernheim trainee van de editie 2005-2006. Ze vertelt ons hier een stukje van haar verhaal en geeft haar indrukken en enkele tips!

Quel a été votre parcours ?
J'ai grandi à Bruxelles, puis étudié le droit, après avoir eu la chance de faire une année comme 'étudiante d'échange' en Argentine. En licences (les masters actuellement), grâce entre autre à des professeurs passionnants, je me suis intéressée au droit international et européen, et ai donc décidé de faire une année supplémentaire en droit européen, au Collège d'Europe.  Après le stage Bernheim, j'ai travaillé pour la société Philips avant de passer le concours diplomatique.

Qu’est-ce qui vous a poussé à poser votre candidature pour le stage ?
Mon intérêt pour les affaires européennes, mon envie de travailler pour la Belgique, l'enthousiasme des premiers stagiaires. Et puis la curiosité de voir si ce type de métier pouvait me correspondre…

Qu’avez-vous appris à travers ce stage ?
L'expérience a été formidable parce que c'était très concret. On vivait en direct les groupes de travail et les coordinations internes. On faisait partie de l'équipe. Les personnes avec lesquelles j'ai travaillé étaient stimulantes et m'ont accompagnée de façon très professionnelle. Il y a évidemment eu des moments stressants,  je me souviens notamment des briefings presse au Représentant Permanent. Mais finalement, alors que ce n'était pas du tout mon projet à l'origine, j'ai décidé de passer le concours diplomatique.

En quoi ce stage a-t-il été une plus-value dans votre parcours par la suite ?
C'était une expérience de terrain d'une grande qualité, qui m'a permis de parler des affaires européennes en meilleure connaissance de cause – même s'il reste toujours beaucoup à apprendre.  J'ai pu appréhender de manière très concrète comment la Belgique définissait et défendait ses intérêts au niveau européen. Et c'était pour moi une première expérience professionnelle: cela permet aussi de mieux se connaitre.

Comment est venue cette proposition de prendre la Présidence des stages Bernheim ? L'Ambassadeur Jean-Louis Six, qui a contribué au lancement de ce programme et l'a suivi pendant 16 ans, part prochainement et il était important qu'un ou une diplomate des Affaires étrangères prenne la relève. Je voudrais le remercier de sa confiance et surtout de son engagement pendant toutes ces années.

Presque 15 ans après être vous-même passée devant le jury, qu’est-ce que cela vous fait ?
Je suis très honorée de pouvoir contribuer à la poursuite des stages Bernheim, qui sont une plus-value tant pour le SPF Affaires étrangères que pour les candidats. C'est une belle opportunité pour moi de remercier la Fondation pour l'expérience que j'ai pu vivre, et de garder un contact avec les nouvelles promotions de stagiaires.
En même temps, je n'ai pas l'impression que cela fait déjà 15 ans….et je me souviens d'avoir été impressionnée par le jury, même si je n'avais – heureusement – pas tout à fait saisi les fonctions exactes de ses membres. Si cela avait été le cas, je crois que j'aurais paniqué, car ce sont des personnes clef pour la politique européenne de la Belgique qui siègent dans le Jury.  C'est une spécificité du stage, qui souligne bien l'importance que les affaires étrangères y accordent.

Votre conseil pour les futurs candidats ?
Bien se préparer évidemment, mais également rester soi-même. Le stage les placera sans doute devant des situations imprévisibles, où il est important de réagir de manière posée…

Où est-ce que vous vous voyez dans 10 ans ?
C'est la question à 1000 points! Je l'espère tout autant passionnée par la construction européenne qui, d'ici là, se sera renforcée tout en préservant ses fondements